Une campagne à la ville !

Le Sarladais est confronté à des difficultés économiques et d’emplois. Cependant, il est riche du dynamisme de sa population, de ses ressources environnementales et de ses savoir-faire. C’est dans ce contexte que nous proposons un projet pilote concret : la création d’une coopérative publique intercommunale de production maraîchère selon les méthodes de l’agriculture à caractère biologique (sans O.G.M, sans pesticide, ni engrais chimique) en complément des exploitations agricoles qui ont fait le choix de ce mode de culture agro-environnementale.

Ce projet alternatif tourne l’économie vers la satisfaction d’un besoin humain, celui d’une alimentation de qualité, respectueuse de l’environnement et abordable par tous. Il montre comment à l’échelle locale, on peut gérer l’aménagement du territoire et la transition écologique créatrice de nombreux emplois. Le maraîchage demande de la main-d’œuvre importante à partir du moment où l’on abandonne le dogme du productivisme. Ce projet devra être lancé en toute transparence en lien avec tous les acteurs du développement local (La Chambre d’Agriculture, les producteurs, les représentants des commerçants et des associations de consommateurs, les élu(e)s, les citoyens….). Il s’inscrit dans la durée et implique un calendrier pour sa réalisation.

 Comment procéder ?

 Au préalable, afin de préserver l’environnement, le gouvernement doit s’engager définitivement à ne pas autoriser l’exploitation du gaz de schiste, ici comme ailleurs. Hélas les récentes déclarations du ministre Arnaud Montebourg sont inquiétantes car il tente de faire croire aux français que les industriels pourraient exploiter le gaz de schiste proprement via de prétendues nouvelles techniques.

 1)Déterminer les besoins locaux dans un rayons de 100 km (cuisine centrale, cantines scolaires, centres hospitaliers, restaurants, petits commerçants, grandes surfaces, conserveurs, coopératives de vente,…). Nous savons déjà qu’il existe un déficit dans l’offre puisque la plate-forme départementale regroupant des producteurs fournissant les collectivités (cuisine centrale par exemple) est contrainte de s’approvisionner auprès de grossistes pour répondre à la demande. Quantifier ainsi avec précision l’offre locale actuelle des productions issues des exploitations agricoles s’engageant ou se reconvertissant dans l’agriculture à caractère biologique.

 2) Etablir un cahier des charges rigoureux et transparent garantissant la traçabilité, le respect de l’environnement, l’utilisation d’énergie d’énergies renouvelables, limitant l’usage de la méthanisation au traitement des déchets organiques produits sur le site ou provenant de fermes locales reconverties, garantissant les conditions de sécurité du personnel et le respect des conventions collectives au sein de la coopérative.

 3)Définir les terres agricoles disponibles en vue de l’acquisition ou de la location en fermage.

 4)Calculer les investissements à réaliser et rechercher les financements publics comme ceci à été fait pour la plateforme des métiers du bâtiment.

 5) Prévoir les emplois et un plan de formation du personnel. En proposant notamment aux jeunes agriculteurs ayant planté des vergers de pouvoir compléter leurs revenus par un emploi à la coopérative en l’attente de leurs premières productions de fruits. Ou encore en proposant à des agriculteurs en difficulté face à la crise, de pouvoir continuer leur métier par un complément de salaire tiré de leur travail et de leurs compétences dans la coopérative intercommunale.

 6) Rendre publics les comptes annuels de la coopérative et discuter des orientations avec l’ensemble de la population locale

 7) Lancer un label de qualité et indiquer sur les emballages le prix de vente à la sortie de la coopérative afin d’empêcher tout abus dans les marges appliquées par les revendeurs. Elaborer en collaboration avec les paysans concernés ( agriculteurs et éleveurs) une plaquette d’information sur l’ensemble des productions de cette filière courte.

 8) Définir un prix de vente identique à tous les clients de la coopérative pour ne pas favoriser la grande distribution au détriment des petits commerçants.

 09) Ne pas proposer de vente aux particuliers de façon à ne pas concurrencer les emplois dans la grande distribution, les petits commerces et la vente directe par les producteurs à la ferme ou sur les marchés locaux.

 10) Soutenir l’action majeure des « restos du cœur » en fournissant gratuitement à cette association des aliments pour aider les victimes de l’exclusion sociale. Cette part alimentaire rétrocédée sera un engagement fort de solidarité et devra être intégrée dans le coût global de production de la coopérative publique.

 11) Envisager des échanges de surplus avec d’autres producteurs de régions différentes travaillant selon les mêmes méthodes. Ainsi, la coopérative assurera une plus grande diversification des aliments proposés sur le marché du Périgord noir. Ultérieurement, lorsque la coopérative sera en vitesse de croisière, elle pourrait développer une unité complémentaire sous  la forme d’une conserverie de légumes ouverte aux producteurs locaux.

 Au-delà des coûts conventionnels de gestion, volontairement la coopérative ne réalisera pas de plus-value financière. Sa mission sera le respect de la santé par l’alimentation, la sauvegarde de l’environnement, la création de nombreux emplois, le partenariat avec les producteurs agricoles, la défense du pouvoir d’achat des consommateurs. Dès lors, si les commerçants, clients de la coopératives, s’engagent à appliquer une marge raisonnable sur leurs prix de vente  et si les consommateurs font le choix de la qualité à un tarif abordable, alors ensemble, producteurs, distributeurs et consommateurs, pourront être fier de cet exemple local qui ne manquera pas de dynamiser des initiatives dans d’autres régions.

                        Anick Le Goff, Franc Champou, Yvette Lacombe, Jean Sève,    Alain Ronteix,                                  Emmanuelle Pichon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s